CABINET D'HYPNOSE THERAPEUTIQUE ET PNL VAL D'OISE 95

Milton Erickson

  MILTON ERICKSON - 1/8  

 

Erickson milton 1

 

 L'ENFANT CONTRE LES HANDICAPS

 

Milton Hyland Erickson est né en 1901 à Aurum dans le Nevada, dans une communauté de mineurs.

Son père, Albert, originaire d'Europe du Nord, avait quitté Chicago pour aller vers l'Ouest et l'aventure. Sa première étape comme fermier ne lui apporta pas la fortune mais il y rencontra sa femme. Ils durent partir pour Aurum et ses mines d'argent. 

Lorsque Milton et sa soeur aînée ont été en âge d'être scolarisés, les parents ont préféré retrouver des conditions de vie plus faciles et ont repris une ferme dans le Wisconsin.

Sa scolarité sera quand même rudimentaire et les premières difficultés d'Erickson seront alors découvertes: il est daltonien (dyschromatopsie au rouge et au vert. Plus tard, il se choisira le pourpre comme couleur favorite... parce qu'elle est peu utilisée et qu'il souhaite se distinguer); il perçoit très mal les rythmes musicaux et surtout, il est dyslexique.

De ces handicaps, il fera des avantages, expérimentant sur la relativité de la perception humaine, mais aussi parcourant pendant des heures le dictionnaire, colonne par colonne, à la recherche des mots dont il ne reconnaît pas l'orthographe. 

Il utilisera souvent en thérapie ses souvenirs d'apprentissages difficiles, convaincu que nous possédons des capacités mal intégrées et que nous pouvons un jour assimiler brusquement quelque chose,  comme lorsqu'il a lui-même compris comment s'utilise un dictionnaire.

Erickson milton 2

 

L'ADOLESCENT CONTRE LA PARALYSIE

 

Maintenant, Erickson a dix-sept ans et va vivre un épisode tragique : il est atteint de poliomyélite (ou polioencéphalite ?). 

Il raconte qu'un jour il a entendu trois médecins annoncer à sa mère, qu'il décéderait  au plus tard le lendemain matin. Sa mère n'en a rien dit, lui non plus. Il a simplement demandé qu'elle installe son lit pour qu'il puisse voir le coucher du soleil et celui du lendemain. Et il les a contemplés, avec une Intense soif de survie, puis est tombé dans le coma. Il en est sorti trois jours plus tard, presque totalement paralysé, ses seuls contacts avec l'extérieur restant ses yeux mobiles et une ouïe très fine.

L'évolution de cette paralysie, malgré l'absence de tout centre de rééducation, est fascinante.

Un jour qu'il était dans son fauteuil à bascule éloigné de la fenêtre et qu'il avait tellement envie de s'en approcher, le fauteuil s'est mis à se balancer légèrement. Etait-ce cette envie si forte qui avait stimulé quelque faisceau musculaire et rendu la paralysie moins absolue ? 

Pour lui, il n'y a aucun doute. Il va alors s'entraîner pendant des mois, recherchant par exemple les souvenirs des sensations dans ses doigts lorsqu'ils pouvaient bouger jusqu'à faire apparaître des mouvements incoordonnés, puis de plus en plus volontaires. Et il a multiplié ses expériences pour ses bras, ses pieds...

C'est ainsi qu'il redécouvre ce que Bernheim connaissait déjà, les phénomènes idéomoteurs : la seule pensée du mouvement peut produire l'expérience réelle du mouvement corporel automatique. Chez Erickson, les souvenirs sensoriels des mouvements se traduisaient en mouvements, d'abord involontaires. Et pour cause ! Plus tard, il y reconnaîtra des phénomènes hypnotiques, auto - hypnotiques en l'occurrence.

De manière similaire, il a appris à contrôler ses douleurs : en pensant à la marche, à la fatigue et à la relaxation, il se procurait un soulagement.

Dans ces expériences, il trouvera des certitudes sur les moyens qui existent en chacun de nous, hors d'atteinte par la conscience et qui peuvent être activés par l'idée seule ; ses méthodes de traitement hypnotique de la douleur ou la technique du "signaling" en sont issues. Il y trouve aussi la conviction qu'un changement minime dans une situation désespérée peut faire passer du fatalisme à l'espoir, car I'idée de changements plus grands devient alors possible.

À cette époque, il a aussi bénéficié de l'apprentissage de la marche chez sa plus jeune soeur, en observant tous les efforts et toutes les techniques qu'elle mettait en place, inconsciemment, pour y parvenir. En copiant ces processus, Erickson, a peu à peu retrouvé la capacité de marcher.
 

Erickson milton 3

 

DE LA FERME A LA MÉDECINE

 

Mais, comment un infirme pourrait-t-il travailler à la ferme ? Il décide alors de faire des études de médecine.

Lorsque à vingt et un ans il entre en première année de médecine, il marche encore avec des béquilles, mais à la fin de cette année il va entreprendre, seul et sans argent, un voyage dont le but est d'augmenter ses forces. Il part en canoë, ne pouvant compter que sur ses propres muscles pour avancer et sur son ingéniosité pour se nourrir. Et il se débrouille si bien que dix semaines plus tard, après avoir remonté le courant, il a parcouru 1900kms, économisé 8 dollars, et surtout il marche sans béquilles; il ne garde qu'un boitement léger mais définitif.

Milton Erickson - 2/8

Pages 345678

 Haut de page sable  Page d accueil sable

  

Photos extraites du site :
http://seuil.canalblog.com/archives/2014/01/11/28923741.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Corinne Rodat-Vezzoli - 18 février 2015